Naïve obsession

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Naïve obsession

Message  Naxorm le Lun 1 Aoû 2011 - 15:39

Une simple curiosité.

Ou peut-être l’aigre amertume de la solitude sur les Terres d’Aqua.
Fantomatiques frères de patrie que je croisais parfois quand venait le crépuscule. Mais rien de suffisant, rien qui ne soulageait ma boulimie sociale. Paradoxale nécessité quand se dessinait la fausse révélation de ma schizophrénie. Habité et pourtant si vide.

Les monts m’avaient vu entamer leurs vertigineuses ascensions et leurs périlleuses désescalades. Sans doute alarmés par ma course effrénée et la monocorde de mes pas, ils n’avaient pas cherché à semer sur mon passage d’autres embuches. Et silencieusement je les en remerciais, la fin de mon périple arrivait et avec elle la tension qui y était associée.

D’autres êtres de chair et de sang.
Je les sentais.
Sans les apercevoir.
Sur la pensée que ma solitude accrue n’avait finalement pas eu que des mauvais côtés, mes pieds s’immobilisaient sur les pavés bordant le bastion.

Comment y étais-je arrivé ? Tout simplement à l’aide d’une paire de botte trouée.
Comment avais-je pris connaissance de l’existence de cette faction et de leur repaire ? Les on-dit.
Je m’interrogeais de ce soudain et oppressant besoin de quitter les terres que j’avais appris à connaître encore que bien partiellement pour gagner l’inconnu. Je ne me comprenais plus, je ne me reconnaissais plus. Et c’est sans doute dans le regard des autres que je pensais amorcer la reconquête de mon moi.

Pauvre novice en nécromancie errant devant les fondations d’une haute demeure étrangère à tout ce qu’il avait pu connaître dans cette vie ou dans une autre.

Le seuil était franchi d’un pas mal assuré. Des regards inquisiteurs furetèrent vers tous les recoins de la bâtisse accessibles à ma vue. Le goût âcre de l’absence en bouche.

Bien trop loin pour renoncer.
Je continuais à mouvoir mon corps qui, miraculeusement en ce jour, s’était doté d’une docilité sans faille. Un couloir se dessinait devant mes yeux plissés par la fatigue du voyage. Sombre, étroit, profond. Je m’y jetais avec avidité. Les délicieux picotements ayant élu domicile au creux de mon ventre n’étant que trop délectables. Je rompais la monocorde de mes pas et accélérais ma marche vers l’inconnu.

Oppressante envie de vaincre l’obscurité et de me rendre possesseur d’une part du cœur des habitants de la bâtisse. Naïve obsession.

Une lueur scintillante chatouillait désormais exquisément ma rétine.
Le terme d‘un périple.

Sourires à peine dissimulés qui, dans un nouvel élan de vigueur, s’élançaient une nouvelle fois à l’assaut du ténébreux couloir.

Cruel désenchantement.
Ce n’en faisait que trop depuis quelques jours.

Amer renâclement devant l’unique compagnon que je venais en un battement de paupière de me faire.
Métallique, scintillant mais bien trop silencieux et froid.
Vulgaire miroir dans lequel je mirais un temps ma funeste solitude.

« Que soit damnée cette terre de désolation. »
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Lun 1 Aoû 2011 - 21:36

"Damnés en sont déjà les habitants, et ce sont eux qui font la terre. Ta malédiction n'apportera rien de plus.."

Ma voix déchire le silence d'un ton ostensiblement amusée.
Une troublante aura m'avais tirée de mes songes, et je m'étais machinalement dirigée vers la salle du miroir, m'attendant vaguement à une visite, ne sachant trop si je devais me fier à mon étrange intuition. Enfin des pas sont venus confirmer mes doutes, des pas presque hâtifs, exaltés.
De l'autre coté du miroir, notre invité ne vois toujours que son triste reflet. Sourcils froncés, je l'observe un instant en silence. Son aura est juste, mais mes perceptions captent autre chose, comme des parasites dans ce que son être dégage, ou devrait normalement dégagé. Curiosité.

"Mais de la cendre et la désolation vient le renouveau. Le sang rengorge et nourrit la terre qui peut enfin déployer ses plus beaux atours.. jusqu'à la pourriture... N'en as-t-il pas toujours été ainsi?"


A mes derniers mots, je passe lentement ma main devant le verre glacé, brisant l'opacité qui le recouvrait, et permettant à mon visiteur d'enfin apercevoir ma silhouette, encore enténébrée par le manque de lumière permanent. Ma cape me recouvrait presque entièrement mais ma tête était découverte et mes yeux perçant le scrutaient avidement.

"Que cherche-tu ici, inconscient voyageur?"
avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Naxorm le Lun 1 Aoû 2011 - 22:06

L'éclat cristallin du verre.
Et pourtant le miroir devant mon regard interloqué reste intact.
Brisure d'une solitude tant redoutée.
Sourire à peine réprimé.

Qu’elle parle, que je m’en délecte. Et soudain la révélation idiote que mon interlocutrice invisible est une femme. Décidément.. Les femelles de ces terres se montraient bien entreprenantes. Comment se comportaient celles de cette autre contrée d’où je me sentais et m’étais convaincu de provenir ? Je n’en savais rien. Je me l’imaginais.

Je reportais mon attention sur ses paroles ne détonnant pas de l’ambiance des lieux. Glaciales et pourtant si emplies de vie. Je laissais le silence s’imposer de lui-même pour mieux l’entendre le briser avec éclat.

Si la sagesse ressortait de ses propos, la lassitude en suintait tout autant. Ce constat me tirant une moue désapprobatrice, je passais involontairement une main moite dans mes cheveux. Mystérieuse terre.

Mon regard inquisiteur et pourtant amusé toujours fixé sur mon propre reflet voyait mon double disparaître au profit d’une silhouette encapuchonnée dans l’ombre. Je ne distinguais rien et pourtant continuais de sourire, le peu que je voyais me ravissait. Rien de plus qu’un être de chair mais que demander de plus en ces instants d’amère solitude.

Un simple « Bonjour. » en réponse à son interrogation des plus froides. Mes yeux se plissent en une vaine tentative d’en distinguer davantage. Si elle se rend compte de ma curiosité déplacée, elle n’en fait rien et reste statique.

« Vous. » Simple et pourtant si réaliste. 
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Mar 2 Aoû 2011 - 14:01

Parfaitement immobile mis à part mon regard qui oscille sur lui, je le détaille avec tout autant d'indiscrétion que lui, mais avec l'avantage d'en voir beaucoup plus. Aucun de ses gestes ne m'échappe, aucune de ses expressions.
J'en déduis rapidement qu'il se délecte de cette rencontre, aventurier solitaire en quête de compagnie, en quête de jeu et de confrontations. Il est sans doute mieux tombé qu'il ne l'imagine lui-même.

Ce ne peut être qu'un fou, un masochiste qui se jette dans la gueule du loup en désirant ardemment se faire déchiqueter. J'aurai pu penser à un désespéré, mais il n'y avait pas le moindre soupçon de fatalité chez lui, bien au contraire, comme s'il comptait sur sa chance. Il n'est pas non plus un délirant adepte du suicide-party comme l'étaient ceux d'une certaine guilde..
Non, il est bien autre chose.. autre chose qui me plaît, qui m'intrigue et me pousse à poursuivre cet entretien que j'avais envisagé écourter.

"Et qu'espère-tu de cette rencontre? Que vas-tu faire maintenant que tu nous as trouvés..?"

Ma voix se fait murmure alors que je m'approche doucement de la surface du miroir, jusqu'à presque la frôler, baignant ainsi mon corps d'une légère clarté et permettant à mon interlocuteur de satisfaire en partie sa curiosité.
Mue par une soudaine impulsion, je passe mon bras droit à travers la substance magique jusqu'à me retrouver à quelques centimètres du nécromant. Un petit geste circulaire et trois mots susurrés font apparaître une orchidée dans ma main.

"Nulle trace de peur en toi, ignores-tu que la mort est souvent la seule compagnie que nous offrons?"

Un léger mouvement et la fleur s'est instantanément fanée, s'échouant déjà aux pieds de l'Aqueux, alors que ma main revient de mon coté du miroir.

"A moins... " je reste volontairement en suspens quelques secondes "... que tu n'ai quelque chose digne de notre intérêt... Que tu sois prêt à sacrifier quelque chose pour avoir l'honneur de rencontrer les miens...peut-être à tes dépends.."

Léger soupir amusé, un long sourire étirait mes lèvres en attendant sa réaction.
avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Naxorm le Mar 2 Aoû 2011 - 18:51

Nulle crainte ne m’étreint, le jeu m’a emporté bien avant que la raison ne s’exprime. Balayée cette dernière s’est retranchée mais se tient prête à saisir la moindre opportunité pour me faire rebrousser chemin. Assoupissement de l’instinct de survie.

Je l’entends, je l’attends. D’un regard cajoleur je l’invite à traverser la frontière miroitante, convaincu que la suite ne pourrait être que plus intéressante. Une main nacrée comme délicieuse réponse. L’envie de m’en saisir pour la découvrir entièrement, l’aura lumineuse qui baigne désormais son corps m’apprend ses traits. Elle a ce quelque chose qui m’est désormais familier, l’empreinte de la Terre. Je ne peux m’empêcher de la comparer silencieusement à la Terran que j’ai rencontré et souris. Si celle-ci apparaît comme plus forte et décidée, je décèle pourtant la même nature fragile. Une seconde empreinte semble toute deux les marquer. Sensation désagréable. Bien vite rejetée par le spectacle qu’elle m’offre.

Une orchidée.

Je la laisse poursuivre ses interrogations qui n’attendent pas véritablement de réponses. Simples éléments de la joute verbale que nous venons d’entamer. Sourire amusé.

Elle s’est retirée. D’un regard hésitant je tente de percer les secrets du miroir et y approche inconsciemment la main. A ses sourcils froncés et ses yeux récalcitrants, je me retire avec vigueur. Ma tête se penche avec intérêt et je lui souris. Un dernier regard en arrière comme pour me convaincre qu’un retour est désormais impossible et des réponses lui sont apportées.

« Tenter ma chance. »

« Ma seule âme n’est déjà que sacrifice, je ne vois donc rien à vous apporter surtout à vous qui semblez posséder déjà tout. »


Mes yeux se figent dans les siens, qu’elle se retourne, qu’elle me fuie que je la poursuive. La partie n’est pas terminée. Une main tremblante d’excitation vient jouer dans ma barbe naissante.

« .. Mais je ne doute pas que vous saurez dénicher un quelque chose pour peu que vous le vouliez. »

Inversion téméraire des rôles.
Se jeter dans le vide et .. Aviser par la suite.
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Yaninho le Mar 2 Aoû 2011 - 19:58

[ HRP : C'est un réel plaisir de te lire. ]
avatar
Yaninho
Grosse pute dégarnie

Masculin Messages : 1234
Date d'inscription : 20/09/2010
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Mer 3 Aoû 2011 - 13:45

Courageuse initiative qui me laisse un instant perplexe. Je sens son excitation se manifester à travers ses gestes, ses regards, ses attitudes. Il joue avec le feu , s'en délecte sans crainte de l'échec, accepte d'avance les règles du jeu..
Une main s'approche dangereusement du miroir, mais mon injonction muette le décide à lâcher prise.
Sa curiosité et sa fougue le rendent amusant, presque attachant...

Avec un dernier regard en arrière avant de planter ses yeux dans les miens, il se décide enfin à répondre
Bref sourire sincère à sa première phrase, si commun et pourtant si ardent de vérité, nous en étions tous là.
La suite m'intrigue plus, mon sourire s'éteint et une lueur d'intérêt s'allume dans mon regard qui se fait plus scrutateur que jamais. Qu'a-t-il vécu pour parler ainsi?

Réflexion perturbée par la suite avec une remarque des plus équivoques, il joue de son charme qui à vrai dire n'est pas la moindre de ses armes.. Provocante réplique qui atteint son but. Troublée, je secoue légèrement la tête pour reprendre contenance, quittant momentanément son regard avant de m'y replonger.
Après tout, ce jeu là ne m'est pas interdit, et mes sentiments sont si confus à cet instant que je cède consciemment à l'envie de m'amuser encore..

Un sourire presque carnassier se dessine sur ma bouche, je le détaille ostensiblement et sans pudeur, comme pour chercher ce qu'il pourrait m'offrir.. Sans doute pas ce à quoi il pense. Ni son corps, ni sa liberté ne m'intéresse pour l'instant.
Naïf cobaye d'une expérience qui vient d'éclore dans mon esprit, curiosité attisée par sa remarque passée.

Enivrée par le jeu, je me décide enfin à le rejoindre de son coté du miroir, répondant à l'appel incessant qu'il lançait silencieusement. M'arrêtant à une trentaine de centimètres de lui, je lève doucement une main dans laquelle une petite boule lumineuse se met à danser. Je m'amuse de sa surprise, car il sens à ce moment là une douce chaleur l'envahir, sonder son corps à la recherche de blessures..
Là où mes soins basiques refermaient les plaies sans distinction, j'étais capable à présent de sonder plus profondément le corps, et je découvrais chez lui une multitude d'égratignures, conséquences sans doute inévitables de son caractère de nécromant inconscient.

Je veux m'aventurer plus loin pourtant, découvrir mes limites. Si je peux soigner les blessures physiques, puis-je intervenir sur celles de l'âme, ou ne serait-ce que la sonder à la découverte de failles?

"Si ton âme n'est que douleur et sacrifice... "

Ma voix n'est que murmure tandis que ma main s'élève jusqu'à venir frôler sa joue presque imperceptiblement

"... Alors montres-moi!"

avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Naxorm le Mer 3 Aoû 2011 - 15:45

Moi, Naxorm.
L’unique objet de son attention.

Son regard chavire pour finalement s’échouer dans le mien, je tente alors de percer ses secrets sans finalement n’en rien distinguer.
Ca n’en rend que le jeu plus haletant.

Mes réponses semblent retenir son attention.
Un arôme de victoire.

Pourtant mes sourcils se froncent. Dans ma fougue, il me semble avoir outrepassé les limites sans toutefois pouvoir me rappeler contre quoi je les avais élevé. Ma raison heurte avec fracas ma boîte crânienne. Une erreur ou peut-être plusieurs. La peur étreint mon corps mais la cause m‘en reste dissimulée, l’agitation qui règne en moi suffisant à me faire redouter le pire…

… Qui est encore à venir : elle avance vers moi.
Je lui hurle alors silencieusement de reculer. Je ne veux plus la voir. Je désire plus que tout reculer et fuir.. Sans pour autant y arriver. Mon regard farouche balaie la pièce en quête d’une solution à ma staticité plus que problématique pour finalement retourner se poser sur l’étrangère, comme aimanté. Elle s’approche, ne s’arrête plus.. Ses pas se meuvent vers moi à une vitesse vertigineuse et je me sens me recroqueviller. Encore et encore, elle se rapproche, toujours plus près. Mes paupières se referment dans une tentative vaine d’apaiser ma respiration désormais saccadée.

Peine perdue, dans un happement d’air que je désire pourtant silencieux mon regard se pose de nouveau sur elle. Près, trop près. Mes yeux ne parviennent plus à s’en détourner. A l’apogée d’une tension à la cause inconnue, mon corps tressaille. Je perds pied. Chaleureusement bercé par la douce lumière qu’elle vient de faire apparaître au creux de sa paume, je continue cependant de me crisper.

J’ai enfin compris.

Il arrive.
Sans doute attiré par une situation inextricable qu‘il juge digne d‘intérêt, il s’apprête à reprendre ce qui lui semble n’être que son dû.

La main s’approche. Près, trop près. Mon regard se jette plus profondément dans le sien, la suppliant de se cantonner à des soins superficiels. Redoutant à sa place ce qu’elle va découvrir, je me ferme avec vigueur. Et pourtant n’arrive pas à faire abstraction de la chaleur de son souffle sur mon visage et du rapprochement funeste de ses doigts avides.

"Si ton âme n'est que douleur et sacrifice... "

"... Alors montres-moi!"

Ma main jusque là restée immobile et désobéissante à chacune de mes injonctions s’élève et vient plaquer définitivement la sienne, gelée, sur ma joue. Mes paupières closes disparaissent au profit d’un regard furibond dont je darde le sien.

Trop tard pour elle.
Trop tard pour nous.
Piégés.

[HRP]Merci ! N'hésites pas à te joindre à nous, je doute que la demoiselle s'y oppose ?![/HRP]
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Mer 3 Aoû 2011 - 20:43

[HRP: Aucun souci nan ]


Aveuglée par ma propre excitation, je n'ai rien vu venir.
Ce n'est que trop tard que je m'aperçois des signaux d'avertissement qu'il me lance, son corps crispé, tendu, son regard troublé, sa respiration hachée traduisant une crainte...
Perplexe, presque vexée de ce retournement de situation, je m'apprête à vigoureusement écarter mon bras quand sa main vient enserrer la mienne contre sa joue, prise en étau entre sa peau..

Mon regard s'accroche au sien, toujours plus loin, pour finir par s'y noyer lorsqu'un ton inhabituellement sévère vient s'y glisser. La chaleur de son contact m'irradie et m'enveloppe.
Une irruption soudaine dans ma tête, dans mon esprit. Un contact établi entre nous deux qui n'est pourtant pas de mon ressort. Je ne sais pas...comment.. ?
Dernière pensée cohérente, ma conscience abdique et rend les armes.

Des images défilent à une vertigineuse vitesse, les siennes, les miennes, tout s'éparpille dans mon esprit, tout s'envole au gré d'un vent violent qui interdit tout tri de ces souvenirs. Une plage baignée de sable fin, un lynx bondissant sur un loup, un nom inlassablement répété, un elfe à la peau sombre, la caresse de l'eau... et tant d'autres choses.
Une douleur qui explose dans mon corps, une présence inconnue qui me perce, me dévoile, qui n'est pas mienne, qui n'est pas sienne, mais qui renferme un peu des deux peut-être? Je hurle silencieusement , me tord de douleur en restant immobile, la souffrance augmente jusqu'à n'être plus que la seule réalité...


Des secondes qui paraissent des heures, ou des heures qui ne sont que quelques secondes..
Mes yeux s'ouvrent, mon corps reprend vie, mais est-ce bien moi? Vidée, comme privée d'une part de moi-même, j'apprivoise mon être paniqué. Respiration profonde et rauque, troublée, le corps tremblant d'une douleur trop contenue, le regard perdu cherchant un point de repère et ma conscience me dictant d'ériger mes barrières, je finis par retrouver conscience de lui, toujours à quelques centimètres de moi, ma main contre sa joue.

Avec comme un coup dans l'estomac, je me demande avec stupeur s'il a vu comme moi ce dont j'ai été témoin, lui ais-je aussi transmis des visions de ma vie comme il s'est ouvert à moi? Et est-il encore cet inconnu dont la puissance m'a transpercée?

Paniquée comme une bête acculée, je retire violemment ma main et esquisse quelques pas en arrière. Serrant les dents, je lutte contre la sensation d'étourdissement et le roulis du décors devant mon regard. Je lutte contre mes membres qui ne s'arrêtent plus de trembler face à la violence du choc mental.
Je dois rester debout, rester maître de cette confrontation en mon domaine..
Vaine et illusoire supplique.
Je vacille déjà dangereusement, cherchant désespérément un mur ou tout objet à quoi me raccrocher...
avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Naxorm le Mer 3 Aoû 2011 - 20:50

Et .. Ce à quoi je m’attendais et ce dont je redoutais se produisirent.

A son regard égaré je compris que je l’avais perdue, que le jeu s’était définitivement arrêté. Funeste dénouement à une joute verbale taquine mais pourtant tellement innocente.

Mes souvenirs, les siens.. Surtout les siens. Les miens ne m’étant plus d’aucun secours, je renonce de nouveau à m’en saisir alors que l’occasion m’est pourtant offerte pour les graver dans ma mémoire. La brise ne souffle que trop souvent dans mon esprit pour espérer qu’il n’y ait pas périclitation de ces derniers. De toute façon, je n’ai saisi les bribes d’aucun de ceux que j’attendais, de ceux auxquels j’aspirais. Les anciens. Ceux de mon origine. Amère déception. Déception que je noie bien vite dans les teintes colorées dont je me suis si violemment et involontairement emparé.

Et la soudaine conviction que si mes souvenirs ne s’ancrent pas, les siens perdureront. Un regard jeté en sa direction très furtivement. Juste suffisant pour la voir vaciller et me précipiter à son secours, conscient que, rassasié, il s’est désormais retiré. Elle ne risque rien, nous ne risquons tout deux plus rien. Du moins pour le moment. Acceptera-t-elle mon contact ? Le temps me manque, je suis déjà à ses côtés. Une épaule secourable que je lui prête et pourtant au combien frêle et fragile. Elle ne rechigne pas à mon étreinte charnelle, sans doute trop éprouvée par une expérience dont je suis déjà trop familier.

La même main qui l’a meurtrie vient s’excuser maladroitement dans ses cheveux en une caresse aimante. Des excuses à demi susurrées et un regard qui vient s’insinuer gauchement dans le sien en un « Je ne voulais pas… Mais tu sais maintenant. » tacite. Mes doigts quittent sa chevelure pour essuyer mon front brillant de sueur. Je nous laisse finalement glisser vers le sol, épuisé sans doute autant qu’elle, je ne peux davantage nous maintenir tout deux debout.

Vide de toutes pensées, je me concentre sur elle. Le souffle encore saccadé mais sans doute davantage par la fatigue que par l’effroi, elle semble pensive. A la soudaine pensée que je pourrais l’effrayer ou la laisser se refermer, je m’éloigne. Me plaçant toutefois ni trop près, ni trop loin, je me tiens prêt à toute éventualité. Qu’elle avise de mon sort, je ne pourrais qu’accepter sa décision.

Mon regard ne peut finalement supporter le sien, et se renfrogne sur mes bottes. S’entame alors un long monologue silencieux où je tente de lui narrer vainement ce qui s’est passé et mon impuissance face à la scène dont nous avons tout deux été témoins et même acteurs involontaires. Inutiles excuses qui se bousculent derrière mes lèvres pincées.

Je ne me sens déjà plus le même qu’à l’instant où je suis arrivé en ces lieux, sa seule présence, là tapi dans l’obscurité de mon âme, suffit à détériorer ce que je m’évertue à conserver. Naxorm s’insinue de plus en plus profondément en moi tout comme je perçois ma noyade progressive en lui. Mon essence diluée, je serai impuissant. M’en rendrais-je compte le moment venu ? La certitude que non m’étourdit. Il n’y aura plus de trace de ce que j’aurais alors été, ce quelqu’un sans identité et qui pourtant plusieurs décans aura résisté à cet envahisseur ténébreux.

Je me retourne de nouveau vers elle. Vain et redouté espoir que dans son regard ma mémoire se réveillera peut-être.. Qui sait.. Je m’empare du furtif optimisme dont je suis encore possesseur et lui expose en un sourire timide. Qu’elle me traite de dément que je l’enlace.. Elle, ma lueur d’espoir.
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Jeu 4 Aoû 2011 - 14:23

Chaleur de ses bras qui m'enserrent et me maintiennent debout. Je m'abandonne contre lui sans aucune restriction, trop lasse pour analyser et réfléchir sur le sens de cette étreinte ou sur le fait que ça soit raisonnable ou non.. Seule compte le bien-être présent.
J'entend à demi ses quelques mots, sens sa caresse dans mes cheveux et me perd à nouveau dans son regard qui semble me dire quelque chose.. Etat second.

Je glisse, avec lui qui amortit lentement la chute. Adossée au mur, je tente de retrouver le fil de mes pensées, de prendre un nécessaire recul sur ce qu'il vient de se passer. Lentement des bribes me reviennent, que je suis enfin en mesure de classer un tant soit peu.
Fraicheur soudaine qui s'insinue sous ma peau, mon compagnon d'infortune s'est éloigné. Peut-être est-ce mieux ainsi, j'ai tout loisir de me remettre, pourtant...
Les souvenirs me rappellent à eux, interrompant le fil de ma réflexion.

Après quelques temps de ce silence pesant, j'ai enfin la sensation de sortir du brouillard. Mon regard qui a retrouvé son ton inquisiteur se tourne vers le nécromant, qui , le nez plongé vers le sol, semble en grand désarroi.. Je l'observe sans relâche plusieurs minutes, je sais qu'il n'est plus celui d'avant. Avec stupeur je me demande s'il est habitué à telle intrusion que nous venons de subir, et constatant le temps et la difficulté qu'il m'a fallut pour émerger et tout remettre en ordre, je n'imaginais que trop son état si cela lui arrivait souvent.

Sa détresse m'est soudain perceptible, mes sens sont comme plus affûtés, sans doute une conséquence du tourbillon d'émotion d'avant. Une sensation qui me touche en plein coeur et me fait m'avancer doucement vers lui, en toute confiance. En toute inconscience peut-être aussi, mais je n'en avait cure.
A ce moment là il lève les yeux sur moi et m'adresse un timide sourire plein d'espoir. Je m'arrête, accroupie face à lui, ouvrant la bouche pour lui exprimer ce que je veux lui faire savoir.

"... Je sais... "

Les deux mots sortent avant que ma gorge se noue définitivement et que plus un son ne puisse sortir.
Deux mots lourds de sens. Je ne savais pas tout, loin de là, mais j'avais compris déjà beaucoup de choses. Son monologue muet, ses regards pleins de sens.. Nul besoin de les exprimer autrement, j'avais compris.
Et de ce fait, ne pouvais non plus lui en vouloir.

Ou du moins, je n'aurais pas du plutôt.
Avec une violence soudaine, l'effroi et le dégoût du viol mental qu'on m'avait imposé resurgit d'un coup. La colère et le désir de vengeance s'en faisant encore plus ressentir, je finis par perdre le contrôle de mes actes et par me jeter violemment sur l'aqueux.
Nul sort ou magie, c'est avec un instinct purement animal que je frappais son torse de toute mes forces, le regard brouillé de quelques larmes de rage, grognant après lui telle une enragée..

Aussi rapidement qu'il était apparu, mon corps ayant enfin évacué les tensions, l'instant de folie disparut et je me retrouvais là, prostrée, presque honteuse. Ma haine ne s'adressait en réalité qu'à moi-même, sotte incapable de se prémunir du danger..
Comme je regrettais notre jeu, comme je voulais retrouver un semblant de défi avec lui.
L'air frais sur mon dos humide de sueur me fait longuement frissonner, j'ai si froid en cet instant.
Pourtant je n'ose levé le regard vers lui, mais cherche silencieusement à le soulager, apaisant ses meurtrissures d'une légère chaleur magique. On ne perd jamais vraiment ses habitudes...


avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Naxorm le Mer 10 Aoû 2011 - 14:02

Egarée, c’est le seul adjectif qui me vient à l’esprit pour la qualifier en ce moment dérangeant. Redoutant sa réaction lorsque enfin la raison lui sera revenue, je me recule de nouveau. Pourtant contre toute attente, elle s’approche. D‘un pas assuré. Déstabilisante approche qui me coûte plus d’un tressaillement.

Mon regard se relève de mes bottes pour se blottir dans le sien en un pardon tendre et sincère. A la pensée que mes jeux espiègles tournent décidément bien mal ces derniers temps, une parole rassurante et ô combien salvatrice vient caresser mes oreilles. Mes yeux se referment, une exquise chaleur naît au creux de moi. Douce saveur du pardon.. Bien vite balayée par des coups. Les siens.

Mes mains viennent protéger mon visage meurtri, tout comme l’est d’ailleurs mon regard, que je pense habilement dissimuler sous le couvert de mes doigts tressaillant. Les coups pleuvent sur mon torse, douloureux, tranchants, ils me lacèrent la chair pour venir meurtrir un peu plus mon âme. La honte, le dégoût de ma propre personne suppurent de mes yeux. Trop plein de vices et de turpitudes.

Accalmie soudaine. Le rythme effréné de ses poings s’apaise, et bientôt seuls demeurent les empreintes invisibles de ses coups sur mon buste endolori. Ma chemise gondolée comme unique trace de son accès de violence. Bleus au cœur précédant des bleus au corps.
Ma respiration se calme, et mes doigts s’entrouvrent laissant apparaître mon regard blessé. Je la sens, là tout près, mais redoute une nouvelle salve de coups et garde mes bras repliés sur mon visage, ultime bouclier à un juste retour des choses.

Le poids de son regard ne venant pas davantage alourdir des épaules déjà bien chargées, je tente une percée. Immobile, elle se dresse sous mes yeux, le regard baissé, sans doute peinée de son accès de colère. Mes doigts se glissent vers son menton que je relève doucement, mes dents douloureusement refermées sur ma lèvre inférieure, je m’empare des détails gourmands de son visage de femme. Ses paupières tressaillent tandis qu’elle continue de baigner mon corps d’une chaleur magique. Trop concentrée par son labeur ? Trop gênée par sa réaction ? L’ascension de son visage se poursuit entre mes doigts énamourés. La nacre de sa chair, les battements réguliers de ses cils.. La beauté féminine.

Mes yeux continuent d’appeler avidement les siens tandis que je lui susurre un « Naxorm.. » . Il ne faisait nul doute que les présentations avaient implicitement été faites déjà depuis bien longtemps mais je souhaitais goulûment lui arracher un sourire.

« Puis-je savoir comment se prénomme la bienfaitrice de mes chairs ? »
Tantôt ironique, tantôt grave.

Son visage fait désormais face au mien, mais son regard me reste implacablement dissimulé. Tandis que mes doigts esquissent une caresse au commencement de sa joue, mon autre main s’empare avec douceur de la sienne pour venir délicatement l’enfermer. Geôle charnelle.
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Mer 10 Aoû 2011 - 22:16

Après coup, je remarque avoir senti son repli docile, son être blessé par mon soudain revirement, ange maudit tombé en enfer...
La honte et la peine me submergent, tel n'avait pas été mon intention. Victime d'un accès incontrôlable, tout comme lui peu avant. Un cercle sans fin s'il décidait maintenant de riposter, mais non!

Avec stupeur je sens ses doigts s'emparer de mon menton. Chaleur de sa main qui contraste avec mon corps glacé et me fait frissonner. Je le laisse faire, sentant son regard me détailler aussi précisément qu'il le veut, mais reste inexorablement fermée à lui, gardant mon regard droit vers le sol, prétextant la concentration des soins qui sont quasiment si naturels qu'ils ne me demandent plus vraiment d'efforts.

Sa peau se fait douce, son regard sur moi cajoleur, son appel insistant.
« Naxorm.. »
Je trésaille au son de son murmure, je suis presque face à lui mais me force à rester impassible dans mes traits. Pourquoi ne m'en veut-il pas? Qu'attend-t-il de moi? Son don pour passer d'une pensée à une autre, d'une émotion à une autre me perturbe. Il rejoue comme si rien ne s'était passé..
« Puis-je savoir comment se prénomme la bienfaitrice de mes chairs?»
Une caresse naissante sur ma joue et sa main qui vient emprisonner la mienne. Contact brûlant qui m'électrise...

"Non!"
Un cri comme rempart à ma folie, et le charme se rompt, comme une proie réussi à échapper au regard hypnotisant de son prédateur. Je me recule précipitamment, plongeant enfin mon regard désormais farouche dans le sien, qui l'incite à ne rien tenter d'autre.
Méfiante, je reprend finalement une contenance plus sérieuse, plus froide, plus distante. Que je n'aurais sans doute jamais du quitter.

Avec une légère grimace je me décide à continuer cet étrange entretien.
"Je crois que... que le sacrifice a été suffisant. Si tu le désire toujours, tu va pouvoir profiter d'une visite et peut-être rencontrer mes compagnons. Peut-être y trouveras-tu des réponses ou des indices à ce que tu cherche.."
Remarque implicite à son étrange double personnalité. Sait-il seulement ce qu'il cherche?

D'un geste vers le miroir, je fais disparaitre la surface transparente pour que notre invité puisse passer de l'autre coté, fenêtre ouverte sur notre bastion. Il se lève tranquillement, j'ignore tout de ses intentions mais l'observe avec attention. Alors qu'il passe lentement devant moi et s'avance silencieusement en direction du miroir, un mot me brûle les lèvres et mon murmure déchire le silence pesant.
"..Selene"
Un sourire s'affiche sur mes lèvres, malgré les protestations de ma raison bien vite refoulée. La tentation du jeu est trop puissante..
avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Naxorm le Jeu 11 Aoû 2011 - 13:52

Un sourire figé adressé à son visage marqué par la colère, une douce colère. Ais-je conscience de mes actes ? Aucunement. Le jeu semble avoir repris comme si de rien n’était, tout du moins de mon côté. L’empreinte de Naxorm demeure mais les souvenirs douloureux de notre confrontation se sont dissipés, seuls les bribes de souvenirs arrachés à l’étrangère éclairent parfois ma raison. Furtive lumière qui bien vite se fait cendre.

Les pointes de mes bottes s’entrechoquent, mon sourcil se lève en une expression amusée. La joie m’inonde, envahissement aqueux qui n’a pas de raison d’être mais qui pourtant me baigne corps et âme. Un lointain chuchotement vient troubler ma quiétude m’annonçant une folie proche. Je n’en ai cure et le repousse violemment d’un éclat de rire silencieux. Après tout, je suis Naxorm.

De nouveau des paroles rompent mon intimité naissante, le front strié, je me retourne vers l’auteure de mon tracas.

« Je crois que... que le sacrifice a été suffisant. Si tu le désire toujours, tu va pouvoir profiter d'une visite et peut-être rencontrer mes compagnons. Peut-être y trouveras-tu des réponses ou des indices à ce que tu cherche.. »

Je la reconnais. Une lueur d’espoir brille brièvement dans mon regard, s’éteignant avec autant de fougue qu’elle était furtivement apparue.

Sacrifice ? De quoi parle t’elle ? Je tente de me remémorer un quelque chose mais rien ne transcende. L’armée de fumerolles continue d’effectuer sa ronde quotidienne dans ma boîte crânienne.

L’inquiétude me gagne quand je la vois se retirer, lâche abandon que l’on fait à un pauvre amnésique affalé au sol. Moi amnésique ? Une ribambelle d’interrogations désagréables se bousculent de nouveau au portillon de ma raison, elle aussi bien vite balayée par un sourire radieux. L’opacité devient transparence, et le miroir la porte vers une nouvelle aventure. Mes jambes soulèvent mon corps et se précipitent à la suite de la jeune femme pour venir finalement la dépasser dans un excès de fougue. Mes doigts s’arrêtent un temps pour caresser l’étrangeté du miroir puis se dérobent de l’étreinte à la sonorité d’une voix féminine.

« .. Selene »

Mon regard se jette en arrière et je souris à Selene.

« Allons y.. » Davantage une interrogation qu’une exhortation. Je semble discerner un bref hochement de tête, ce qui suffit à convaincre mes jambes de continuer à se mouvoir. En un unique pas j’ai franchi ce qui était miroir pour me retrouver dans un nouveau couloir toutefois bien moins sombre que le premier. La lumière jette un halo chaleureux dans ma direction, en guise de remerciement je referme mes paupières et savoure la chaleur de l’astre solaire, décuplée par les bruits de pas qui viennent à ma rencontre.
Selene me rejoint rapidement et j’attends avec une impatience non dissimulée de pouvoir lire dans son regard la marche à suivre.
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Ven 12 Aoû 2011 - 18:39

La gravité et les tons enjôleurs d'il y a quelques minutes ont brusquement laissés place à la fougue et à l'excitation. Son attitude ne cesse de me laisser perplexe. De temps à autre j'aperçois comme une lueur de... lucidité, peut-être, dans son regard, mais qui s'éteint aussitôt.
Heureux comme un gamin découvrant un nouveau terrain de jeu, il me devance et traverse la surface désormais vide, puis s'arrête, songeur, profitant de la chaleur contrastant avec l'air frais de la salle du Miroir.

Je le rejoins après avoir d'un murmure restituée à l'objet sa nébuleuse surface. Je perçois son impatience à continuer au plus vite. Impassible, je passe devant lui sans un regard, avant de me permettre un léger sourire une
fois que mon visage est hors de portée de sa vue. Je le conduis silencieusement à travers un dédale de couloirs, chaudement éclairés par de nombreuses torches tout le long. Je m'arrête enfin à une porte en bois ouvragée, surmontée d'une poignée en forme de dragon. La Taverne. L'endroit idéal pour des rencontres plus ou moins détendues..

Ouvrant la porte, je l'observe s'émerveiller des lieux, s'extasier devant le décor certes sobre mais non dénué de charme. Des tables en bois sombres et rustiques, des chaises, des bancs, ainsi qu'un petit coin avec des sofas. Sur le comptoir, quelques bouteilles et des verres, prêt à l'emploi.
Tout à son bonheur, il se met soudain à rire.

Soudain, je n'y tient plus, son comportement si changeant m'exaspère.
Me plaçant face à lui, je prend son visage entre mes deux mains, mes doigts caressant doucement l'arrière de ses joues et se piquant un peu à la fine barbe naissante. Je plonge alors mon regard dans le sien, sondant ses profondeurs, m'aidant d'une légère décharge magique pour le percer à jour.
Néant! Je n'y vois que la surprise, la joie qui est sienne, un intérêt amusé pour moi et notre jeu... mais rien de plus, rien qui indique qu'il sait ce pour quoi il est venu, rien qui rappelle l'affreuse expérience que nous avons subis.. Rien!

Mon coeur se sert comme s'il était transpercé par une pique. A quoi cela sert-il? A quoi bon jouer si dans deux jours il aura oublier jusqu'à mon existence? Infâme traitrise que cette rencontre pourtant prometteuse
mais qui avorte dans l'oeuf...
Une larme vient perler au coin de mon oeil, mon regard dans le sien exprime une mélancolique tristesse mêlée de déception.

"Si dommage..."


Vain espoir que j'avais de me sortir enfin de mes mornes pensées de ces derniers temps. Il est temps que mes tourments reprennent le dessus sur mon être.
Pourtant, il est encore là, et tant que ça sera vrai, je ne me laisserai pas encore envahir par la souffrance.
La larme perle sur ma joue, je ferme les yeux en détournant la tête pour me reprendre en inspirant profondément.

Je lâche enfin son visage, gênée, et me détourne dans l'intention d'aller chercher une bouteille d'hydromel et deux verres.
J'en ai vraiment besoin.
Lui aussi sans doute.
Même s'il ne se rappelle déjà plus pourquoi...
avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Naxorm le Sam 13 Aoû 2011 - 17:18

Arômes, effluves des plus goûteuses. Obsession culinaire. Mon regard ne cessait de tournoyer avidement dans la pièce en quête de la moindre chose qui saurait éveiller encore davantage mon bonheur naissant.

Ses yeux braqués intensément dans les miens avaient pourtant réussi à me détourner de ma tâche obsessionnelle.. Quoique.. Un regard lancé à l’assaut de ses lèvres gourmandes suffit à me faire esquisser un sourire.. Voilà qui pourrait certainement satisfaire mes pulsions boulimiques. Je me retins. Ma raison en avait enfin fini des barrières que j’avais - je ? Moi ? Ou peut-être lui.. Je ne savais déjà plus - pourtant érigées méticuleusement, une autre vision s’imposa à moi. Une étrange lueur brillait sombrement dans ses yeux. Le regret, l’amertume, la déception.. Tout ceci mêlés sans doute. Mes sourcils se froncèrent, regrettant que l’on puise causer du tort à ma compagne de jeu. Une larme perla sur sa joue, suivie bien vite de l’entrouverture de mes lèvres.. Incompréhension.

« Si dommage.. »

Mon regard qui se détourne du sien. Sensation déstabilisante de gêne qui m’étreint le cœur. Culpabilité inavouable. Qu’ais-je fais.. Peur de l’inconnu, de mon inconnu douloureusement prénommé Oubli.

Ses doigts glissent sur ma chair, puis le contact charnel se rompt. Partie.. Mes yeux se posent sur ma main et l’invectivent violemment pour qu’elle se meuve à la rencontre de celle de mon étrangère. Ma peau tressaille seulement tandis que la magicienne continue de s’éloigner.

Soupir.

La solitude m’enlace une nouvelle fois. Amère sensation d’avoir fauté. Mes mains s’élèvent soudain pour soutenir un front bien trop alourdi par la peine.. Saloperie de corps qui ne m’obéit plus. Des perles nacrées courent le long de mon échine, bouffée de chaleur maladive. Le dossier d’une chaise vient accueillir mon dos courbaturé. La fatigue m’empoigne et je me sens vaciller. Les sonorités de la pièce s’amplifient cinglant avec ardeur mes oreilles. Trop plein. Mon corps chancelle sous l’ampleur de la nouveauté qui m’entoure désormais. Ivresse sans beuverie.

Mon front se strie de rides, ma concentration se perd, je m’égare. Loin de vouloir me retenir dans ce monde là indifférent et si peu généreux à mon égard, je me laisse divaguer. Une chaleur vivifiante vient pourtant nimber mon corps flasque, m’ancrant dans cette réalité. Cette chaleur, c’est la sienne.

Mon regard se lève vers elle, incrédule qu’elle revienne toujours à moi. Des verres reposent entre ses doigts et je sens l’effluve salvatrice de l’alcool.

Mes lèvres s’entrouvrent de nouveau en un râle augurant une noyade assurée.
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Mar 16 Aoû 2011 - 13:39

Préparant les boissons derrière le comptoir, j'hésite de la marche à suivre quand à la suite des événements, partagée entre la résignation abattue pour cet immonde coup du destin, et l'envie irrépressible de le faire réagir. Je l'observe en coin, amorphe, étalé sur une chaise, comme au bord de la syncope. Je fronce les sourcils, incroyable comme il peut changer d'attitude en quelques secondes!

Je reviens lentement vers lui, presque avec douceur devant son état instable. Je prend sa main pour y déposer un verre aux effluves envoûtantes. Attraction de l'alcool qui accorde l'oubli des maux. Ses lèvres s'entrouvrent et il trouve enfin la force de se mouvoir pour y porter le verre. Une première longue gorgée de liquide brûlant suivie par d'autres. Des râles de contentements viennent ponctuer régulièrement ses mouvements.

Assise en face de lui, comme renfrognée, je le détaille avec précision, d'un regard inquisiteur. Je finis par céder moi aussi à la chaleur réconfortante de la boisson, résignée.. Peu à peu pourtant, l'alcool aidant, je sens une sourde colère jaillir en moi, jusqu'à atteindre un paroxysme insoutenable. Avec hargne je lui jette mes mots à la figure sans crier gare.

"Sait-tu pourquoi tu es venu ici Naxorm? Te rappelle-tu quels furent tes premiers mots pour y répondre?"

Je contemple son regard hagard, perdu, il ne comprend pas ce que je lui veut soudain.
Ma colère retombe un peu et c'est avec une pointe de désespoir que je poursuis

"Ceci ne te rappelle donc rien?"

Dans ma main vient de surgir une belle orchidée orange, la même que précédemment.
Toujours le même regard, la même incompréhension.
Ma rage revient mais pas contre lui, contre ce destin insensé qui est le sien et une part du mien depuis qu'il a croisé ma route. Je refuse violemment qu'on puisse ainsi se jouer de moi. Je refuse qu'on m'oublie!
Je me lève et m'approche , et avec fermeté j'empoigne ses deux mains et les serre entre les miennes. J'érige de solides barrières mentales pour ne pas refaire la même erreur. Cette fois sera différente, cette fois c'est lui qui va s'ouvrir à mes pensées.
A nouveau je m'aventure sur les chemins de son âme, de sa mémoire. Le pari est bien risqué, mais je ne vois d'autre issue possible.

Je ferme les yeux pour me concentrer, il ne me bloque pas la route, sans doute affaibli par l'alcool.
J'atteins ces zones de troubles que j'avais furtivement perçues juste avant que l'autre n'arrive. Je m'arrête un instant, le temps suspendu entre deux secondes, mais rien ne vient troubler ma tentative.

"Souviens-toi!"
Je lui invective cette phrase avec force, tant en paroles réelles que dans sa tête.

J'entame alors une longue énumération de tout ce qu'il s'est passé depuis son arrivée ici: la salle du miroir, le début de notre jeu, le sacrifice à faire, la violente tempête mentale, le retour à la réalité incertaine, ma violente colère, la reprise de son jeu, la traversée du miroir, la taverne, l'alcool et ce que je suis en train de faire.
Inlassablement je répète le cycle, lui insufflant les images de ma mémoire pour en remplir la sienne. Inlassablement je revis chaque détail, ne lui épargnant rien, revivant douloureusement pour lui chaque instant de ces dernières heures, serrant toujours ses mains avec force entre les miennes.

De longues secondes ou peut-être minutes passent ainsi, je ne perçois plus rien d'autre que ma continuelle ronde des souvenirs, résolue à y laisser mes dernières forces si cela peut changer quelque chose..


avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Naxorm le Sam 20 Aoû 2011 - 23:05

Les saveurs amères de l’alcool. Délicieuse noyade que je me décide à prolonger fixant d’un regard hagard le fond de mon verre apparaissant davantage à chacune de mes goulées.

Le bonheur au fond d’une choppe. Sourire marqué par l’ivresse.
Je sens son regard braqué sur moi, mais pourtant ne change rien à mon comportement. Qu’elle apprenne à me connaître. Qu’elle m’apprenne à me faire me connaître. Petit bout de femme, incrédule devant l’attitude de l’étranger qui lui fait face. Au fur et à mesure du bouillonnement croissant de ses pensées, les miennes se tarissent pourtant allégrement baignées dans ma lymphe alcoolisée. Je souris de nouveau à l’idée qu’à cet instant moi seul occupe ses pensées. Narcissisme soudain exacerbé par la boisson. Je passe une main moite dans mes cheveux causant le brinquebalement de mon verre. Elle parle mais je ne l’entend plus, l’ais-je seulement entendu une seule fois ? Je me refuse à me le demander. A son expression sérieuse, je redoute soudain un nouvel accès de colère de sa part, puis finalement m’y résous avec une certaine délectation. M’inquiétant de mon goût prononcé pour l’exacerbation typiquement féminine, je noie de nouveau ma gorge dans l’alcool.

Une orchidée naît au creux de sa paume me rappelant brièvement un quelque chose dont je ne cherche pas tant et plus à découvrir la réelle nature. Je me contente de savourer la beauté florale. Ses mains se jettent sur les miennes, et je ne peux m’empêcher de m’enorgueillir de ce nouveau contact. Charmante femme aux doigts nacrés. Mon regard s’abaisse furtivement sur notre union charnelle puis remonte pour se noyer dans le sien. Je ne sais pas où elle souhaite en venir, mais lui laisse volontiers devenir maîtresse de mes chairs, la crispation de sa mâchoire m’informant toutefois de la réelle teneur de ses intentions bien plus nobles et sérieuses.

Son visage s’estompe au profit d’une silhouette s’avançant vers un miroir, se dévoilant enfin pour ne révéler rien d’autre que mon propre visage. Déception. Pourtant je reste attiré à ce qui se trame devant moi, mon double se déplaçant vers son frère de chair, le contact charmeur de son regard et de ses mains sur ma peau.. Je suis elle.

Inlassablement elle. Les visions multiples de ma propre personne ne cessant de tournoyer devant moi, je dévisage cet autre que je ne reconnais pas. Est-ce moi ? Sensation à la fois dérangeante et familière, sensation de l’oubli et du souvenir. Résigné à me trouver en présence de mon moi, je me délecte les yeux ébahis de me moindres mouvements, et expressions faciales. Ne me trouvant ni élégant, ni repoussant, je me contente de m’abreuver de mon identité que je parviens enfin à discerner. Le ralentissement progressif de mes mouvements, le ballet décroissant de mes pas me tire un froncement de sourcils. L’inaudible sifflement d’un souffle rauque me parvient miraculeusement, et mon regard se referme. L’éclat de la lucidité brille dans mes yeux quand je me dégage de l’étreinte charnelle de la magicienne. Son acharnement est vain. Elle le sait, mais est pourtant décidée à user de ses dernières forces dans un acte charitable, témoignant incontestablement de son appartenance au genre humain.

« Arrête.. »

Je sens ses mains insistantes à la recherche des miennes, mais me recule brusquement, m’enfonçant davantage dans mon siège.


« Tu n’y peux rien. Pitié ou charité, quelque soit l’intention qui t’anime, est vaine. Naxorm, je serai. Satisfaisons nous uniquement du moment présent, veux-tu ? »


Le verre se porte de nouveau à mes lèvres tandis que de ma main libre je m’empare du sien pour le lui proposer, lui appuyant un clin d’œil aguicheur.
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Dim 28 Aoû 2011 - 22:22

Noir. Je ne voit soudain plus rien, son esprit s'est refermé. Je rouvre les yeux, un peu éblouie par la soudaine lumière, cherchant ses mains à tâtons pour le forcer à reprendre le contact.

" Arrête.."

Une injonction un peu hésitante. Je ne veux pas en tenir compte. Je ne peux pas.
Il se recule pourtant, rendant ma tentative désormais impossible. Un instant pourtant... j'ai vraiment cru pouvoir..
Qu'est-ce qui me pousse à faire ça?

Ma question fait écho à sa phrase.
Je n'y peux rien. Mais qui peut quelque chose alors? Il doit bien y avoir une solution. Rien n'est jamais vain!
Et ce n'est ni pitié ni charité qui m'anime.. c'est autre chose.. plus indéfinissable. Une étrange sensation d'empathie.

"Naxorm, je serai. Satisfaisons nous uniquement du moment présent, veux-tu ? "

Naxorm est donc cet être puissant et étrange que j'ai pu entrevoir et qui lui ravit sa vie? Je soupire. Il est si résigné. Son sourire aguicheur, sa main qui me tend mon verre...
Comme si de rien n'était. Encore une fois.

C'en est plus que je ne puisse supporter. Mes lèvres tremblotent un instant. Colère et frustration. Mais c'est la peine qui prend le dessus quand les larmes viennent embrouiller ma vision.

"Si mon intention est vaine, vaine aussi est notre rencontre. Le présent n'est rien sans avenir.."

Je me relève brusquement, me détournant avec la ferme intention de pousser la porte et de partir, le laissant seul ici à la merci du premier mercenaire venu..
Je ne fais pas attention au reste, j'ignore s'il tentera de me suivre, de m'arrêter, ou s'il continuera de noyer son oubli dans l'alcool..
Je vois la poignée dans une image embrumée, elle tourne et se fait insaisissable. Mon corps me lâche, se détend dans un soubresaut accompagné d'un sanglot. Je me sens soudain tomber en arrière avant le noir complet, avant que ma conscience abdique, achevée par la fatigue de ma tentative autant que par ce dernier coup du destin.
avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Naxorm le Mar 30 Aoû 2011 - 12:29

« Si mon intention est vaine, vaine aussi est notre rencontre. Le présent n'est rien sans avenir.. »

Mes pensées vagabondent sur la chaîne de mots qu’elle vient de me lancer au visage aigrement. Je tente d’en saisir la teneur. Vainement. Elle ne semble pas me comprendre ou plutôt vouloir à tout prix repousser la vérité qui est venue sournoisement lui sauter aux yeux. Je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire et abaisse mon regard vers ma choppe. Impuissant mais pourtant satisfait de son sort. Voilà sans doute la description qu’elle se fait de celui qui se tient devant elle. Mon avis sur la question ? Aucun. Je ne suis que passage sur ces terres, je m’y suis résigné. Autant gagner du temps et me laisser m’égarer au plus vite au lieu de souffrir mille tourments à me battre comme l’insaisissable. S’en rend t’elle compte ? Je relève mes yeux gris pour n’apercevoir que le froissement de sa robe. D’une démarche chaloupée elle s’éloigne de moi. Prévisible. Mon sourire s’affaisse.

Le sol accueille ses pas lourds de peine, et fiévreux du contact avec celle qui le foule, il se gondole énamouré. La pauvre, s’essouffle et chancelle, la poignée de la porte semblant même se jouer malicieusement d’elle. Quant à moi, je demeure imperturbable, immobile dans mon siège. Ma raison douloureusement scindée. Intervenir ou s’y refuser ? Mon dilemme creuse mes joues tandis que j’aperçois enfin la silhouette gagner terre. Le bruit soyeux de ses effets me tirant un grincement de dents.

Mon regard se détourne, je ne sais que faire.
Grimace à peine masquée.

De nouveau l’approcher pour m’en éloigner fatalement plus tard.. Ce constat s’impose à moi. Voilà le récital de ma vie. Aussi éphémère sera-t-elle.

Mon verre encore dans mes mains tremblantes se porte à mes lèvres pour finalement reposer sur le sol. Abandonné au profit d’une jeune femme inconsciente.

Le bruit de mes pas trouvant leur écho dans le battement de mon cœur, je m’approche, tâte sa gorge nue et finalement soupire. Vivante. Bien sûr vivante. Quel imbécile je fais. Quel imbécile ais-je été un instant d’espérer son trépas. Voilà certes qui aurait aidé mon âme à ne plus suinter de peine, mais elle est là, et moi à ses côtés. Pour un temps, pour toujours ? Seul cet avenir qui se refuse imperturbablement à moi le dira.

Depuis combien de temps suis-je là ? Depuis combien de temps ais-je pris connaissance de ses traits ? Une simple réponse à demi chuchotée « Assez. » Assez pour que je place en elle tout mon espoir, assez pour que je lui communique toute l’essence de mon identité.

Douce Selene.. Le simple souvenir de son nom me tire un tressaillement, je me souviens ! Oui je me souviens enfin. De pas grand-chose, mais d’un petit quelque chose loin d’être insignifiant.. D’un nom chantant qui attise en moi la flamme de la vie. Selene..

Mes doigts se glissent sur les ficelles or et azur de mon poncho brodé au symbole de celui que j’honore désormais. Mon regard se noie dans l’obscurité le temps d’un battement de cils, et ma peau tressaille de colère d’être privée de la chaleur réconfortante du tissu pour finalement ronronner au contact de la sienne que je drape de mes effets. Je la laisse là, étreinte par la Terre, convaincue que nul endroit n’est plus adapté à lui procurer réconfort.

En équilibre précaire, le bassin reposant sur les talons, je l’observe, m’abreuvant de ses traits auréolés de vie mais pourtant conscient que si jamais un de ses compagnons venait à débouler il en serait fini de moi.

« Dis moi de partir.. »
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Mar 30 Aoû 2011 - 22:06

Douceur. Je baigne dans un bien-être cotonneux propre à me faire perdre toute notion du temps. Plus rien ne compte, plus de souffrance, plus de souci, plus de questions tortueuses.. plus de conscience.
Je flotte, je vole, portée par mes songes et soutenue par la Terre mère qui m'entoure. Aucun danger pour m'inquiéter, mes sens endormis perçoivent le mouvement de l'air, la caresse de la pluie, la chaleur du soleil, le cri des oiseaux...

Soudain un contact désagréable sur ma gorge. Agacée, je chasse l'opportun, quelque papillons facétieux que je ne vois pas sans doute.
Nouvelle plongée dans un ballet aérien. Je tournoie, descend, m'éloigne de mes nuages moutonneux. Vertigineuse sensation de chute. Noir.

Réconfortante chaleur qui se répand dans mon corps. Mon corps? J'ai de nouveau la sensation de mes membres. Étrangement incapables de se mouvoir. Une fine lueur attire mes yeux comme un papillon de nuit l'est par une torche. Non, je veux rester dans mon obscurité. J'y suis si bien...

Un doux gémissement contrarié sort de mes lèvres, exprimant mon mécontentement d'être ainsi dérangée. Mes paupières tressaillent, s'ouvrent à demi avant de se refermer brusquement, aveuglées par la lumière. J'esquisse un mouvement qui ne vient pas. Ma bouche s'entrouvre, mais seul un soupir et quelques sons inaudibles en sortent...

Spectatrice de mon corps, je me contente de me laisser aller, essayant de faire abstraction des perturbations qui m'assaillent. Mais bien vite, la sensation d'un regard me force à rouvrir les yeux. Flou. Les couleurs dansent devant mes yeux, mais les contours se précisent bientôt pour dévoiler une silhouette familière, mais au souvenir douloureux.

« Dis moi de partir.. »

Son mélodieux qui sonne comme une musique. Mes yeux croisent les siens, sans réellement les voir ni deviner ce qui s'y trament à l'intérieur. Vif frisson qui m'assaille le dos alors qu'une sensation d'angoisse vient s'insinuer en moi. Mu par une force dont je ne soupçonnais pas l'existence, ma main se lève avec lenteur à la recherche de celle de mon passif observateur. Je trouve ses doigts, doux contact chaleureux, et tente de les retenir en les serrant contre les miens. Furtif espoir, je glisse lentement et ma main retombe inerte le long de ma cuisse.

Ma bouche esquisse un râle, avant qu'enfin un murmure audible et articulé du mieux de mes possibilités ne jaillisse enfin, supplique inconsciente à sa demande que je ne me souviens pas avoir comprise.

".. Reste encore... juste un peu..."

La fin se perd dans les méandres de mon esprit. Mon corps tremblant tressaille. Ma tête roule sur le coté alors que mes yeux las se ferment à nouveau. Brume épaisse qui recouvre tout...
avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Naxorm le Mer 31 Aoû 2011 - 22:15

Mon front se strie. Qu’essaie t’elle de me dire ? Que je parte ? Tant mieux. Demeurer ici ne m’est décidément que trop difficile. Cette rencontre ne semble mener à rien, du moins pas à ce à quoi je m’attendais. L’attachement pour une femme. Diable, j’aurais bien pu m’en passer ! Trop tard pour les regrets, ainsi piégé, je ne peux plus me résoudre à partir désormais.
Que je reste ? Tout serait si simple.. Et si compliqué. Il n’y a pas qu’elle ici.. Et puis Le présent n'est rien sans avenir.. N’est-ce pas ?

« .. Reste encore... juste un peu... »

Mon attention se reporte sur elle, même si il est vrai qu’elle ne l’avait jamais réellement quittée.. Selene. Bien sûr que je vais rester. J’esquisse un sourire malhabile à l’adresse de ma main encore rosie par le témoignage de son affection.

Retournée dans son monde la magicienne ne m’entend plus mais pourtant je ne peux m’empêcher de lui susurrer un « Je ne partirais pas. », lui étant autant destiné qu’à moi. Ma main prend appui sur le sol de lattes et je me redresse en quête d’un endroit où mener ma belle endormie. Un lit serait l’idéal mais je doute d’en dénicher un dans cette pièce et n’ose pas m’aventurer davantage dans la demeure, une femme inconsciente dans mes bras. Synonyme de trépas assuré.

Quelques pas et mes doigts caressent déjà les étoffes recouvrant les meubles, chaises et tables pour venir finalement tapoter allégrement une soierie pourpre et or habillant un sofa. Voilà qui devra faire son affaire. J’adresse un coup d’œil furtif à Selene et entreprend de lui ménager une place entre les couvertures. Tapotant un coussin d’où tentent de s’échapper quelques plumes d’oie je souris. Quelle foutue histoire..

Le nid douillet prêt à l’accueillir, je m’en retourne vers elle et tâche de la retirer de l’enveloppe charnelle terrestre qui s’est intimement tissée autour d’elle. Sensation capiteuse que de sentir une vie intimement mêlée à la votre, ne dépendant uniquement que de vos gestes et de votre penchant du moment. De la vie à la mort.

Mes bras l’enlacent avec douceur et la ramènent surement vers mon visage tout sourire. Jouer ?.. Je m’y refuse, un rictus léger me tordant toutefois les lèvres. La tentation est grande mais à quoi bon s’amuser seul. Ses jambes ballotées par les mouvements pourtant mesurés de mon corps, elle continue de s’entretenir avec Morphée. Et je ne peux que m’en réjouir, dévorant cette fois ci hardiment les moindres détails de sa personne, ne me préoccupant même plus qu’un autre vienne à surprendre mon manège enfantin.

Je m’apprête à la déposer de tout son long sur la couche que je lui ai ménagé puis m’y refuse soudainement, me retournant plutôt pour m’asseoir parmi les coussins, Selene toujours calée entre mes bras. Là, dans un nuage pourpre, je m’autorise enfin à savourer le moment présent. L’air danse en moi. La vie jaillit, s’écoulant de tout son flegme en ma chair. Alors profondément enivré je me lance, et de mes lèvres s’échappent quelques mots.

« Je ne sais déjà plus pourquoi je souhaitais me rendre ici, mais ce dont je suis assuré c’est d’y avoir trouvé ce que je recherchais. »

Un peu ronflant mais ô combien juste. Mes doigts se glissent naturellement une nouvelle fois dans ses cheveux venant même folâtrer jusqu’à la naissance de son cou.. Caresse qui se fait étreinte. Dangereuse étreinte, ma chair se referme sur la nacre de la sienne et l’emprisonne fermement. L’envie folle de voir l’opalin se transformer en céruléen. Le souffle de la vie s’éteindre sur ses lèvres bleutées. Immortaliser ce moment, le graver à la saveur du sang dans ma mémoire fugitive.
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Jeu 1 Sep 2011 - 21:47

Ballotement désagréable qui me fait peu à peu revenir vers un degré plus élevé de conscience... Mon corps est lourd, difficile à mouvoir mais je perçoit mieux qu'avant les sensations qui m'environnent. J'ai comme l'esprit plus clair, moins embrumé..
Avant? Mais avant quoi? Et c'était quand déjà?

Mue par la curiosité, j'ouvre un oeil. La lumière m'agresse mais reste supportable. Je m'habitue en entrouvrant à peine les paupières. Laissant tout mes sens œuvrer à me fournir un quelconque renseignements, je me concentre sur l'extérieur.
Je sens déjà, je sens des bras qui me serrent, qui me maintiennent, qui me réchauffent.. Un socle rassurant sur lequel je repose et d'où je ne crains rien, une étreinte dans laquelle je veux me fondre, si longtemps que je n'avais plus eu tel contact...
Je sens aussi une odeur saline, musqué.. un parfum mâle incontestablement.
J'entends enfin, une phrase lourde de sens, qui réveille en moi l'écho de notre rencontre...

Je me souviens soudain parfaitement.
Redouté espoir qui ne s'est finalement pas avéré vain? J'ose à peine y croire. Qui sait s'il n'oubliera pas avoir prononcé cette phrase aussi. Incertitude...

Et pourtant je ne veux plus craindre. Je veux juste profiter, savourer l'instant présent, quoi qu'il m'en coûte après. A l'instar des sacrifices consentis pour m'engouffrer sur la voie du Mal, je sacrifie mon besoin d'avenir pour goûter à la saveur douce-amère du présent furtif et éphémère.

J'ouvre soudain les yeux et plonge mon regard dans le sien. Enivrée par son contact et mes forces me semblant revenue, je ne remarque pas son étreinte un peu trop forte, son regard avide n'est destiné qu'à moi et je n'ai qu'à faire un infime mouvement de la tête et tendre les lèvres vers lui pour céder complètement à l'euphorie du moment...
Ce que je ne me prive pas de faire. Je rencontre ses lèvres au goût salées, fermant les yeux dans un total abandon des sens...
avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Naxorm le Ven 2 Sep 2011 - 19:24

Nos lèvres intimement jointes, je ne peux m’empêcher d’écarquiller les yeux, papillonnant bêtement des paupières. Incompréhension. Mais ce qui est certain c’est que mes doigts se sont figés dans leur course autour de son cou et je me refuse à poursuivre mes étreintes lucifériennes. Chute vertigineuse du haut de mon piédestal.

Son regard clos se démarquant avec la ferveur de ses lèvres, je me laisse peu à peu envahir par une léthargie jouissive, m’abandonnant totalement à ses bons soins. J’ose même entrouvrir mes lèvres m’offrant délibérément à la curiosité que j’espère avoir suscité en elle. Encore et encore mes doigts cajolent l’argent de sa gorge, s’enhardissant même jusqu’à s’hasarder sur la mousseline de sa robe émeraude.

L’envie s’éveille en moi, mais je me refuse à y céder complètement. Toutefois les paliers sont si vite franchis que je me surprends ivre au bord de ses lèvres n’attendant plus que son consentement pour nous mener tout deux vers des contrées dont on ne peut revenir que profondément changé et .. lié. Ce dernier constat me mène à un profond accès de violence, mes dents se referment durement sur ses muqueuses mon regard cruellement braqué dans ses yeux clos lui hurlant un sombre « Vipère ! » . Elle qui a entraperçu ce que je devais endurer du fait d’une liaison qui ne pourra être que mortelle, elle qui m’incite désormais à en faire naître une seconde tout aussi funeste. La haine s’épanche dans la morsure dont je continue de la darder. Si elle tente de se dégager je ne m’en aperçois pas, je n’ai désormais que faire de sa vie. Au contraire même sa seule présence ne cesse d’attiser en ma chair la nécessité de la mettre à mort.

Je la repousse finalement sèchement, et quitte le nuage pourpre présentant mon dos à la magicienne. De larges veines bleutées strient mon front soulignant des paupières closes. Réfléchir. Ne pas se laisser emporter alors que les relents de la traîtrise emplissent mon atmosphère suintante. A-t-elle conscience de ce qui l’attend ? Comprend t’elle seulement ce qui se trame ? Je n’ose jeter un regard en arrière, sentant mes pulsions meurtrières dangereusement s’apaiser. Quelle garce.

Son parfum m’embaume, je sens encore la saveur de ses lèvres sur les miennes.. Selene.. La révélation de son karma m’achève, je prends enfin la pleine mesure de mon fourvoiement, et ne peux que m’enfuir, blessé comme jamais. Autant en rester là. La violence ne résout rien.. Et puis.. La vérité m’apparaît, je n’ai tout bêtement pas la force de l’assassiner.. Pas après tout ce qu’elle m’a apporté même involontairement, elle mue par d’autres intentions que moi.

La tête dans les épaules je m’en vais et quitte la riche demeure. Pas un regard en arrière ne sera jeté de crainte de nouveau succomber. D’une prière jetée au vent je supplie Posicillon de joindre sa peine à la mienne et de faire pleurer le ciel. Ce ciel qui lavera ma chair de toute tentation. Naxorm se chargera du reste. D’ici quelques heures j’aurais tout oublié.
avatar
Naxorm

Messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Selene le Dim 4 Sep 2011 - 21:01

Douceur exquise qui réveille mes sens oubliés. Son corps répond au mien dans un langage charnel qui dépasse notre entendement. J'en suis ébahie, surprise qu'il réagisse ainsi, agréablement surprise à vrai dire..

Une fulgurante douleur me fait soudain déchantée. Changement brutal d'attitude l'instar de ses brusques revirements tout au long de notre encontre.. Comme j'ai été idiote. J'aurai du m'en douter.
Ses dents transpercent ma chair et je sens déjà mon sang couler de la plaie, l'odeur s'insinuant dans mes narines exultantes. Mes grognements se mêlent aux sons hachés de sa fureur, haine tenace dont il ne me libère plus. Mon être pris au piège puisent dans mes maigres forces pour tenter de me dégager et me débattre, mais mes efforts se révèlent vain devant la plaine possession qu'il a de ses moyens.

Son regard me darde de milliers de piques alors qu'il consent enfin à me libérer, et que je retombe, amorphe, au fond du divan dans un état semi léthargique. Je reprend mes esprits, compressant ma plaie avec la langue pour empêcher le sang de couler, tout en l'observant, sur mes gardes.
Il semble réfléchir intensément, prêt à m'achever. J'attends, résignée, je suis lasse de ce jeu entre nous qui n'aboutit à rien et qui laisse pourtant espérer tant de merveilles..
Qu'il me perde donc, il n'en sortirai pas vivant et j'aurai eu ma revanche. A égalité encore une fois!

L'abattement soudain, sa colère retombe, laissant place à une stupeur qui le dépasse. Qu'est-ce qui a soudain changé? Je cherche un élément qui me mettrai sur la voie mais le mystère persiste et me demeurera inaccessible..
Déjà il s'en va d'un pas alerte, pressé de retrouver la sortie, de sortir de cette étouffante atmosphère dans laquelle nous nous sommes enfermés.

Figée dans l'inexorable attente résignée, je n'esquisse aucun geste et le laisse partir. Sans doute est-ce mieux que ça se finisse comme ça, pour tous les deux.
Juste un murmure alors qu'il franchit le seuil:

"Je me souviendrais pour deux, puisque ton destin est déjà écrit... Adieu.. Naxorm"

Sourire triste sur ce dernier mot, après tout, je n'ai que ça pour le nommer puisque c'est ce qu'il désire être.
Hors de ma vue, je laisse enfin échapper un long soupire et me cale entre les coussins, fermant les yeux pour retrouver Morphée qui saura pour un temps si bien me faire oublier cette étrange rencontre...
avatar
Selene
Chouchoutte

Messages : 931
Date d'inscription : 24/09/2010
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naïve obsession

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum